Master en Médecine Mixte (M2M)

 

 

INTRODUCTION

Le monde contemporain  est confronté d´une part à l´émergence et à la réémergence de certains pathologies et d´autres part aux effets indésirables des médicaments de synthèse et à la résistance des germes face aux antibiotiques classiques entrainant une crise de confiance entre médecin, pharmacien et patient. De plus en plus, des centres hospitaliers s´ouvrent aux thérapies non conventionnelles dans la gestion des maladies chroniques.

Heureusement les récents progrès technologiques entraînent de nouvelles  compréhensions des phénomènes naturels, biologiques et physiques, poussant l´homme moderne à la restructuration de sa pensée et au développement de nouveau paradigme.

Ainsi nous assistons aux bouleversements scientifiques et aux progrès technologiques qui  nous imposent une refondation des sciences et pratiques médicales et de la recherche biomédicale.

Pour s’adapter à ce changement de paradigme, le Centre Omnithérapeutique Africain est convaincu qu´une formation médicale et scientifique adaptée s´impose aux étudiants de la science de la santé et de l´environnement.

Le Centre Omnitherapeutique Africain à travers son Institut de Sciences et Pratiques Médicales Mixtes et ses institutions partenaires propose un programme de Master en Médecine Mixte M2M offrant un cursus mixte médical, ethnomédical et scientifique de haut niveau.

Le cursus de Médecine Mixte proposé par le COA inclut une initiation précoce aux recherches cliniques et ethnomédicales, aux pratiques médicales modernes et traditionnelles, apte à former un corps de professionnels possédant une triple compétence médicale, ethnomédicale et scientifique.

La formation assurée par le COA est une formation interdisciplinaire et intégrée, offrant une diversité et une qualité exceptionnelle d’enseignements théoriques et pratiques, d’éveil et de curiosité scientifique, de conférences et de stages. La formation clinique théorique et pratique se déroule essentiellement sur les deux premières années du master. Elle couvre tous les aspects de la prise en charge des pathologies, depuis l'anamnèse jusqu’au traitement. La troisième année de master est dédiée aux stages. Des possibilités d’effectuer des stages en Afrique et à l’étranger dans les centres partenaires sont aussi offertes aux étudiants

L´apprenant bénéficie du Tutorat rapproché, scientifique, médical et ethnomédical d´une ouverture internationale et également des perspectives de carrières, tant dans le domaine médical et  académique que dans les structures de protection de la santé et des industries de santé.


 

P-M2M 2018-2019

Etablissement d’attache du Master  COA-ISPMM

Intitulé : Master en Médecine Mixte  M2M

Domaine : Sciences et Pratiques Médicales Mixtes

Spécialités : Médecine Mixte  MM

Mention : Science de la Santé et de l´Environnement

Type : Pratiques médicale, Pratiques ethnomédicale et Recherche Appliquée à la Santé

Profil d'entrée: Titulaire d’une Licence ou équivalent (correspondant à 180 crédits) dans le domaine des sciences et pratiques médicales mixtes option Médecine Mixte

Admission : Etude de dossier.

Nombres de Crédits : 180 crédits - 3 années - Horaire de jour

Langues : Français- Anglais 

Mémoire/Travail de fin d'études : Obligatoire

Stage : Obligatoire

Activités en anglais: Oui - Activités en langue maternelle: Oui

Activités sur d'autres sites : Oui

Domaine d'études principal : Sciences et Pratiques Médicales

Partenaires: COA-ISPMM, IRSS,   Klinikum Essen-Mite Université de Duisburg, Université de Bamberg, Université, d´Iowa Hôpital de Kempten

Code du programme: M2M

Profil de sortie: Master en Médecine mixte

Compétences : Triple compétence médicale, ethnomédicale et scientifique.

 

 

 

Objectifs de la formation Master en Médecine mixte

Former de futurs professionnels de santé pratiquant la médecine mixte (coalition entre médecine moderne et traditionnelle) et capable :

  • de conduire un raisonnement clinique et scientifique
  • de définir la prise en charge et de l’attitude thérapeutique, de les argumenter et d’en planifier le suivi ;
  • d’effectuer les gestes techniques en toute sécurité et dans le respect de la déontologie.
  • d’identifier les situations d’urgence et d’en assurer la prise en charge initiale
  • de mettre en œuvre des programmes de recherche ethnomédicale et clinique

 

Débouchés

Les perspectives professionnelles du Master en Médecine Mixte  sont nombreuses. Il peut s´orienter vers une médecine soignante (vers la médecine générale ou la médecine spécialisée), après avoir suivi une formation spécifique, essentiellement pratique ;

  • Il peut intégrer les structures sanitaires (les hôpitaux publics et privés, mais aussi des entreprises privées) ou les structures de la recherche clinique plus particulièrement l’industrie pharmaceutique et les hôpitaux.
  • Il peut exercer dans les organismes ou dans le domaine de santé publique
  • Il peut rejoindre un laboratoire, à l’université ou dans l’industrie.
  • Il peut participer aux programmes de l´amélioration et de l´intégration des médecines traditionnelles dans les systèmes nationaux de la santé, ou de collaboration des systèmes sanitaires.
  • Auto emploi dans un centre privé

 

Compétences et acquis au terme de la formation de  Master en Médecine Mixte

Au terme du Master en Médecine Mixte, l'étudiant maîtrise les compétences cliniques, thérapeutiques et scientifiques lui permettant d'aborder toute formation spécialisée.

En particulier :

- le diplômé  maîtrise la démarche diagnostique (raisonnement clinique)

- il est capable de définir une attitude thérapeutique, de l'argumenter et d'en planifier le suivi

- il est capable de reconnaître les situations d'urgence et d'en assurer la prise en charge initiale

- il est capable d'effectuer des gestes techniques de base en toute sécurité et dans le respect du patient

- il est capable d'établir de bonne relation avec les collègues et  patients

- il est capable de conduire une « bonne pratique » de la médecine mixte dans le respect des règles légales, déontologiques, ainsi que des principes éthiques et dans le soucis de d´accessibilité financière des prescriptions

- il est capable d'actualiser ses connaissances et ses compétences

 

En d´autres termes,  le diplômé est capable de :

  • Développer une démarche scientifique et une curiosité scientifique envers tout art de guérir:

- Intégrer les connaissances essentielles des sciences fondamentales, biomédicales, biopsychosociales, techniques, cliniques connaissances ethnomédicales et des sciences humaines à une pratique médicale efficace,

- Reconnaître les structures, fonctions ou comportements physiologiques et/ou pathologiques en fonction de l’âge, de l´environnement,  de l’état de santé et de la situation du patient,

- Appliquer ces connaissances à toutes les situations cliniques, courantes ou nouvelles, dans une démarche d’analyse critique.

- Mener des recherches pour actualiser ses connaissances et améliorer la qualité de ses prestations.

  • Démontrer l’expertise attendue d’un praticien de médecine mixte:

- Réaliser une anamnèse avec un patient

- Évaluer les aspects psycho-sociaux de l’affection

- Evaluer l’état mental du patient ainsi que son environnement

- Réaliser un examen clinique soigneux adapté à la situation du patient

- Apprécier cliniquement la situation et prendre des décisions

- Fournir des explications et donner des conseils

- Assurer l’éducation thérapeutique

- Apporter soutien et réconfort

- Exécuter les actes techniques nécessaires

- Identifier les urgences médicales et apporter les premiers soins

- Réaliser une réanimation cardio-pulmonaire de base et maintenir les fonctions vitales

  • Pratiquer la démarche diagnostique :

- Reconnaitre et évaluer la sévérité d’un cas clinique

- Demander des examens complémentaires appropriés

- Interpréter l’ensemble des résultats cliniques, biologiques, anatomopathologiques et radiologiques dans un but diagnostique,

-Etablir un diagnostic différentiel prenant en compte la prévalence et l’urgence de traiter les différentes affections et déterminer parmi les alternatives, le diagnostic final le plus probable.

- Evaluer le pronostic et les risques éventuels

  • Pratiquer une démarche thérapeutique :

- Analyse les traitements existants (préventifs et curatifs)

- Effectuer une analyse « risques-bénéfices »  d´une nouvelle prescription pour s’assurer de ne pas nuire au patient,

- Proposer le plan de traitement multidisciplinaire le plus approprié, en planifier les séquences, négocier un plan de traitement et le suivi avec le patient et éventuellement son entourage

- Prescrire de manière claire et précise les médicaments et des techniques, prodiguer des conseils préventifs.

- Combiner judicieusement médicaments et autres thérapies en fonction du contexte clinique

- Suivre et réévaluer la pertinence des médicaments et autres thérapies et analyser les bénéfices et risques

- Traiter la douleur et soulager la détresse

- Planifier le suivi et évaluer du traitement

- Référer le patient à un collègue ou un spécialiste lorsque c’est approprié

- Assurer la gestion des affections chroniques en partenariat avec le patient

- Négocier une abstention thérapeutique

  • Travailler dans une équipe :

- Inscrire son action dans une équipe pluridisciplinaire en respectant la hiérarchie, les différents rôles / fonctions de chacun des acteurs et l’organisation de l’institution,

- Connaître ses compétences et les limites de sa propre expertise ainsi que celles d’autres professionnels de la santé,

- Fournir des informations à propos de ses connaissances, ses diagnostics, ses propositions de traitements, dans un degré de complexité approprié et adapté (type de vocabulaire, quantités d’informations, …),

- Collaborer avec d’autres professionnels pour promouvoir la gestion efficiente des moyens cliniques limités.

  • Gérer la relation au patient :

- Prendre en charge de manière appropriée le stress, que ce soit celui du patient ou le sien,

- Identifier les attentes du patient en termes de besoins et de demandes en faisant preuve d’écoute active (en ce y compris les qualités humaines d’empathie et de compassion),

- Communiquer, dans un degré de complexité approprié et adapté, avec le patient pour lui exposer les possibilités thérapeutiques et lui détailler les tenants et aboutissants, dont l’impact financier, de chaque option,

- Communiquer une mauvaise nouvelle

- Respecter les droits du patient, en particulier en appliquant les règles de confidentialité et du consentement éclairé,

- Identifier les facteurs psycho-médicosociaux provoquant et/ou perpétuant une maladie ou un dysfonctionnement voire une autre pathologie et au besoin diriger le patient à une personne compétente,

- Communiquer avec le patient dans une langue qu´il maîtrise.

  • Respecter l´éthique et la déontologie :

- Se conformer au code de  la santé et tenir compte des enjeux socioculturels et économiques,

- Connaître et respecter les textes déontologiques et légaux relatifs au traitement médical, à la confidentialité,

- Développer une pratique professionnelle socialement responsable, morale et éthique,

- Connaître et régler les conflits d’intérêts qui surviennent dans l’exercice de ses fonctions et de son activité professionnelle,

- Gérer l’organisation d’un cabinet (gestion de dossier, informatique, hygiène, surface exploitable, équipe, ,…) et sa comptabilité ; utiliser judicieusement les moyens mis à disposition dans un cadre hospitalier.

  • Créer de nouvelles connaissances :

- Identifier ses acquis d’apprentissages pour  poursuivre des études complémentaire de formation (formel ou informel) en fonction de ses besoins et de ses intérêts,

- Rechercher et d’analyser de manière critique de nouvelles informations

- Respecter les recommandations scientifiques, promouvoir la recherche, créer de nouvelles connaissances et assurer leur bonne utilisation,

- Contribuer à l’amélioration constante de la qualité des soins de manière individuelle et par le biais de son association professionnelle.